Tribunes libres - octobre 2019


MAJORITÉ MUNICIPALE
 

La police municipale formée à la lutte contre les violences conjugales

Des milliers de femmes et d’hommes sont victimes de violences conjugales dans notre pays, qu’il s’agisse de violences physiques, sexuelles, psychologiques ou bien de privations et contraintes. En 2018, 149 personnes sont décédées sous les coups de leur partenaire ou de leur ex-partenaire de vie. Ces violences inacceptables peuvent aussi avoir des conséquences dramatiques sur les enfants qui sont exposés à de tels faits. Face à ces situations insoutenables, la question de la prise en charge des victimes est donc cruciale. Dans le cadre du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD), la Ville de SaintÉtienne, en tant que pilote de cette instance, a souhaité que les agents de la police municipale soient sensibilisés et formés aux violences conjugales et intrafamiliales. Afin de remplir cet objectif, la Ville a donc travaillé en étroite collaboration avec l’association S.O.S Violences conjugales afin d’assurer des formations auprès de l’ensemble des agents de la police municipale, financées dans le cadre du CLSPD. 17 groupes se sont réunis sur 2 périodes de formation organisées lors de demijournées consacrées à cette thématique. Les agents de la police municipale sont des agents de proximité par excellence, au contact quotidien des citoyens et qui ont, bien souvent, à gérer des situations délicates. Cette formation initiée par la Ville permet donc de les doter des outils et des réflexes permettant de mieux prendre en charge la victime et l’orienter vers les interlocuteurs adéquats. Plus de 95 % des agents ont jugé la qualité de l’organisation générale de ces formations bonne ou très bonne via un formulaire d’évaluation. C'est est un signe encourageant car partout où sera évoqué le sujet des violences conjugales, cela permettra de combattre ce fléau.
Ainsi, particulièrement alarmé par la situation du service des urgences, le conseil municipal a apporté par ce vote tout son soutien aux personnels en grève dont il salue la conscienceprofessionnelle et l'abnégation dans l'accomplissement de leurs missions.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 

MAJORITE MUNICIPALE
 

Le boulevard Alexandre de Fraissinette se transforme

Le secteur Sud-Est est en pleine mutation urbaine. Riche d’une multitude d’usages avec ses étudiants, ses entreprises, son offre commerciale et ses grands lotissements, le secteur est également emprunté chaque jour par des centaines de personnes. Le boulevard Alexandre de Fraissinette en est un axe majeur. Force est de constater qu’aujourd’hui ce dernier est très largement dégradé, que la vitesse y est excessive, que la pression en stationnement est très forte et que ses cheminements piétons sont discontinus. En outre, l’éclairage public est vétuste et certains arbres sont dans un mauvais état phytosanitaire. Enfin, l’environnement autour de ce boulevard n’est pas très propice aux cyclistes et à leur sécurité comme sont venus brutalement nous le rappeler les tragiques accidents ces dernières années. C’est pour ces raisons que la Ville de Saint-Étienne engage depuis l’automne des travaux d’ampleur pour une requalification complète de l’ensemble des 2,3 km du boulevard. La chaussée sera rétrécie pour obliger les véhicules à ralentir et le stationnement sera longitudinal afin de faciliter les manoeuvres des automobilistes et d’éviter le stationnement sauvage, source d’accidents. 65 arbres seront plantés et 43 seront remplacés. L’éclairage lui aussi sera entièrement revu et les halogènes remplacés par des ampoules LED moins énergivores. Les singularités spécifiques aux abords de l'IRUP/ ISTP et du centre commercial seront mises en valeur avec du béton grenaillé. Enfin, cet axe sera la première concrétisation dans notre ville du plan vélo de 41 M€ porté par Saint-Étienne Métropole et qui couvrira 125 km. De fait, une piste cyclable à double sens séparée de la circulation automobile sera mise en place tout le long du boulevard. Les travaux se poursuivront jusqu'à l’automne 2021 par tronçons afin de limiter la gêne pour les usagers.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 
 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Les femmes s’engagent dans les quartiers « politique de la Ville »

Le jeudi 5 septembre dernier, la Ville a organisé une rencontre entre les différents acteurs engagés dans le dispositif des marches exploratoires des femmes afin qu’une restitution des actions engagées soit réalisée. Ces marches, organisées en présence des services de la Ville de Saint-Étienne et de groupes de femmes dans les quartiers « Politique de la Ville », ont vocation à s’appuyer sur une vision spécifique du fonctionnement de l’espace public : celle des femmes qui l’expérimentent chaque jour. Le projet vise à renforcer la place de la femme dans la démocratie participative locale et l'espace public, ainsi qu'à améliorer l'environnement urbain des quartiers prioritaires. Aussi ce projet permet de mettre en lumière la capacité d'agir des habitants, en particulier celles des femmes, qui deviennent ainsi actrices de leur quartier et forces de proposition. À partir d'un diagnostic de terrain sur les situations non sécurisantes et non adaptées (éclairages défectueux, environnement dégradé, manque d’accessibilité...) effectué dans les quartiers prioritaires, des propositions ont été formulées par un groupe de femmes, en lien avec les services techniques de la Ville. Pour mener à bien ce projet, le service politique de la ville et le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) se sont appuyés sur le prestataire médiation sociale ALTM qui a mis en place une méthodologie portée sur le plan national par France Médiation. Signalétique défectueuse ou absente, revêtement au sol inadapté, entretien des jeux pour enfants sont autant de sujets abordés pour lesquels des actions spécifiques, quartiers par quartiers, ont été décidées. Un tableau récapitulant l’ensemble des préconisations a été réalisé afin d’en assurer le suivi. Ces dernières sont précieuses car l’espace public est un bien commun qu’il nous faut préserver.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Une course contre la montre

Lors de sa séance du 8 avril dernier, le Conseil municipal de Saint-Étienne, ville engagée contre le SIDA, a adopté, à l'unanimité, un voeu demandant au chef de l’État de bien vouloir revoir à la hausse les objectifs financiers sur la période 2020/22 du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme, afin de se donner réellement les moyens d'éradiquer d'ici à 2030 ces 3 pandémies selon l'objectif fixé par l'ONU. Alors que la 6e conférence de reconstitution de ce Fonds mondial se déroule à Lyon le 10 octobre 2019, l’Élysée a annoncé que 14 milliards de dollars seront demandés aux États. Seulement un milliard de plus qu’il y a trois ans. Or, selon les experts indépendants du Global Fund Advocates Network, de 16,8 à 18 milliards de dollars seraient nécessaires. Selon les projections de l’ONUSIDA, un retard de 5 ans dans la réalisation des objectifs provoquerait un surplus d’infections à VIH de 2,1 millions et 1 million de morts supplémentaires entre 2017 et 2030 dans les 10 pays les plus touchés par l’épidémie. Si les efforts engagés pour lutter contre la tuberculose se poursuivent au même rythme, 28 millions de personnes mourront de cette maladie d’ici à 2030, ce qui représenterait un coût supplémentaire de 983 milliards de dollars. Les élus de Saint-Étienne soutiennent la démarche d'Alerte d'Action Santé Mondiale, d'Aides, de Coalition Plus, d'Équipop et de Médecins du Monde, pour ne pas sacrifier les populations vulnérables dans la lutte contre les grandes pandémies. Il s'agit là d'un impératif de santé publique, car en sous-investissant maintenant, ces épidémies vont exploser et coûter bien plus cher d’ici quelques années. Le conseil municipal de SaintÉtienne a donc émis le voeu que le Président de la République sollicite les États pour un financement de 18 milliards du Fonds mondial, sur la période 2020-2022, afin de se donner les moyens d'atteindre les objectifs fixés.
Cette dynamique vise à renforcer l'attractivité du secteur de l’agglomération de Saint-Étienne en regroupant ainsi des fonctions d’habitats, d'activité et de commerce car par le fer ou par laroute, Pont de l’Âne/Monthieu est la 1ère image que l’on découvre de Saint-Étienne en venant de Lyon.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 
 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Une rentrée sportive

Comme chaque année, la période de rentrée scolaire est aussi synonyme de rentrée sportive. Véritable temps fort de la vie associative sportive stéphanoise, Sainté Sports avait lieu les 7 et 8 septembre. Ce sont plus de 70 associations qui étaient présentes pour faire découvrir leurs disciplines. Dirigeants et bénévoles étaient réunis pour répondre à toutes les questions et faire partager leur passion. Cette vitrine des associations fédérées par l’Office du Mouvement Sportif Stéphanois (OMSS) est essentielle pour avoir une vue d’ensemble de tous les sports ainsi qu’une manière ludique d’obtenir des informations. Parce que le sport se pratique dès le plus jeune âge, de nombreuses animations d’initiation étaient proposées pour inciter les curieux et amateurs à se lancer dans une pratique sportive dans un club. La Ville de Saint-Étienne encourage la progression de ses meilleurs athlètes vers le haut niveau grâce à un dispositif de bourses, qui viennent récompenser les meilleures performances. La rentrée a aussi été l’occasion de célébrer ces résultats lors de la traditionnelle soirée des As. Ce sont 57 athlètes, dont la plus jeune a 11 ans seulement, qui ont été distingués, représentant 18 clubs et 16 disciplines. Cette soirée, organisée en partenariat avec OMSS, a permis de mettre en lumière toutes les disciplines sportives qu’il est possible de pratiquer, ainsi que de constater la richesse du tissu associatif sportif stéphanois. Saint-Étienne dispose de représentants au niveau international ; 4 athlètes ont été récompensés pour leurs résultats exceptionnels : Lorette Charpy, de l’Indépendante Stéphanoise : Anouck Jaubert, de l’Escapilade ; Tatyan Lui-Hin-Tsan, du SaintÉtienne BMX ; et Arthur Forissier, parrain de la soirée. Initiation et progression vers le haut niveau : la Ville accompagne à toutes les étapes ses meilleurs champions pour lui permettre de rayonner au niveau national et international.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Un réseau de bus propre

Saint-Étienne fait partie des trois villes françaises à encore exploiter des trolleys. Mais, aujourd’hui, seule une ligne est concernée. Il a donc été décidé de redéployer ce moyen de transport particulièrement écologique puisqu’il n’émet pas de CO2. 17 millions d’euros ont été investis pour acquérir vingtdeux trolleybus de dernière génération 100 % électriques. Ces nouveaux trolleybus rentreront progressivement en circulation afin de remplacer les bus diesel. La STAS a procédé aux travaux d’installation de lignes aériennes sur le tracé de la ligne M7 qui relie Michon à Bellevue en passant par la place de l’Hôtel de Ville. Parallèlement, le plan des transports en commun a été modifié afin de rendre la desserte plus rapide, plus simple et donc pour mieux correspondre aux attentes des usagers. Cette modification du réseau de bus s’est concrétisée par la création de 7 lignes « Métropole ». Aujourd’hui, elles sont utilisées par 60 % des usagers de la STAS et ont été pensées pour être plus directes et plus confortables, avec WIFI gratuit à bord des 80 véhicules qui les composent. Avec une fréquence toutes les 8 à 10 minutes maximum en heures de pointe, elles sont toutes connectées au centre-ville de Saint-Étienne et desservent les principales centralités de la Ville et du territoire métropolitain. Un pass 10 voyages à 10 euros a été créé ainsi qu’une application mobile gratuite, Moovizy, qui regroupe en temps réel l'ensemble des informations relatives aux déplacements sur l’ensemble du territoire. La fréquentation sur le réseau de bus a progressé de 4 %, ce qui représente 1,7 millions de voyages supplémentaires au bénéfice d’un mode de transport collectif et respectueux de l’environnement.

Groupe Provoquons l'Avenir !

 
 

SAINT-ETIENNE NOUVELLE GAUCHE

Pesticides : des maires agissent

Dans des dizaines de communes de toutes tailles, des maires ont pris la décision d’interdire les pesticides sur l’ensemble du territoire communal, au-delà de la mesure prise parfois depuis longtemps, comme à SaintÉtienne, de ne plus utiliser de produits phytosanitaires dans les parcs et jardins municipaux. Ces maires sont les précurseurs d’une démarche de mutation, au service de la santé et de la biodiversité. Ce mouvement n’est pas contre les agriculteurs, mais les invite à participer au combat pour une agriculture et une alimentation qui ne soient pas dominées par les intérêts financiers, mais par un souci d’agronomie, d’économie territoriale, d’emploi, de qualité et qui préservent la santé de nos concitoyens et celle des générations futures. Faisant fi des pressions et s’appuyant sur les études scientifiques qui s’accumulent pour démontrer la dangerosité de ces produits, ces maires ont décidé tout simplement d’appliquer le principe de précaution pour protéger leur population, en défendant la santé des gens avant les profits des grandes industries de l’agro-business. Dans plusieurs cas, la Préfecture a suspendu ces décisions, de façon tout à fait logique au regard de la législation actuelle. Malgré tout, nous soutenons ces maires courageux qui concilient dans leur action quotidienne exigence sociale, précaution sanitaire et impératif écologique. Les mettre en cause au nom de la loi n’est pas être à la hauteur des enjeux actuels et futurs. Il s’agit désormais, par ce genre d’acte symbolique, d’engager une démarche concertée pour faire changer la loi et concourir à la sauvegarde de la biodiversité sur nos territoires et de la santé de nos concitoyens. Qu’attend Gaël Perdriau pour faire preuve du même courage au service des Stéphanois ?

groupenouvellegauche@gmail.com

 

SAINT-ETIENNE GROUPE COMMUNISTE

Sainté, terre d'accueil !

Bien au-delà de Saint-Étienne, la réputation d’accueil de ses habitants, leur chaleur humaine sont louées et participent de l’attractivité de notre ville. Le maire ne se trompe pas lorsqu’il met en avant ces atouts de notre ville, et qu’il se qualifie « d'humaniste » à qui veut l’entendre. Mais les mots ont un sens, et là, ils sont souvent contredits par les actes, notamment avec le traitement indigne fait aux sans abris réfugiés dans la bourse du travail, puis à l’université qu'il a fait évacuer par bulldozers. Les pouvoirs publics, dont la Ville, doivent jouer leur rôle dans la protection de ces personnes fragiles autrement qu’en les remettant à la rue, violence qui s'ajoute à celle de leur situation. Le maire a été débouté de son action en justice pour les faire évacuer de l'ancienne Poste de Solaure, où ces hommes, femmes et enfants en situation de fragilité, se sont réfugiés espérant trouver un peu de répit, un endroit pour dormir au chaud et en sécurité. Il aurait pu en rester là, mais il a choisi l'acharnement et décidé de faire appel de ce jugement. L'intérêt général plaide pour une sortie de cette situation par une gestion humaine et sociale. La source du problème se situe au niveau des politiques nationales et européennes de gestion de flux migratoires et des relations avec les pays en développement, l'État a un rôle prépondérant dans l'accueil et l'intégration des étrangers. Pour autant, chaque collectivité à son niveau porte sa part de responsabilité. Les politiques municipales façonnent la ville et impactent ses habitants, celles en matière d’immigration participent du bien vivre ensemble. Les élues communistes apportent leur soutien aux familles, ainsi qu’au collectif de citoyens et bénévoles qui les accompagnent.

groupecommunistesainte42@gmail.com

 

SAINT-ÉTIENNE EN MIEUX

Pour le climat

C’est un nouvel été qui bat des records de température qui se termine à Saint-Étienne et dans l’hémisphère nord. Chaleurs difficilement supportables, épisodes catastrophiques de grêles se sont succédés plus violents que ce que l’on connaissait et avec un record de vitesse de vent. Les dégâts sont nombreux et loin d’être encore tous réparés. Et ce n’est malheureusement que le début… L’homme n’a jamais vécu avec autant de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Les températures augmentent, les glaciers fondent plus vite que prévu … Il est temps que la communauté internationale s’accorde pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Un pays comme la France au sein de l’Europe doit travailler à la mise en place de solutions et notamment en montrant l’exemple. Car nous avons des solutions, l’Europe pourrait débloquer des fonds pour développer des énergies renouvelables locales. Localement, non seulement il faudra lutter contre le réchauffement climatique mais il nous faut aussi admettre que chaque été soit plus chaud et donc s’adapter. Les villes étant plus chaudes de 2 ou 3 degrés en moyenne que les campagnes, il va falloir essayer des solutions locales pour diminuer cette chaleur. Car malheureusement, tout le monde ne peut pas partir en vacances pour chercher la fraîcheur en montagne, à la campagne ou à la mer.
Écologiquement, il faudrait aussi voir plus loin et, ce même au niveau local, en affirmant nettement nos désaccords avec des traités comme le CETA. Les élus écologistes ont demandé à Monsieur le Maire de le faire, cela nous a été refusé. Le Maire est donc d’accord pour la destruction de notre cadre de vie social, alimentaire, agronomique et environnemental.

Olivier Longeon et Stéphanie Moreau
Conseillers municipaux écologistes

 

SAINT-ÉTIENNE GROUPE RASSEMBLEMENT NATIONAL SAINT-ÉTIENNE BLEU MARINE

Perdriau sous pression...

...va plutôt dans le bon sens ! Tous les samedis, jusqu'aux prochaines municipales, les parkings de SaintÉtienne seront gratuits pendant 3 heures. Le maire applique le programme du RN quelques mois avant les municipales... et prend cette mesure alors que les recettes des parkings n'ont jamais été aussi élevées depuis 2014. Perdriau commence à sentir le vent tourner pour enfin prendre des décisions qui vont dans l'intérêt des commerçants et artisans stéphanois. Bravo pour cette décision. Pas pour la démagogie qui l'entoure. Même chose pour la campagne du « consommer local » lancée récemment via la distribution gratuite (mais aux frais du contribuable) de sacs faisant la promotion du localisme sur les marchés. Le consommer local est intrinsèque à la politique du RN. La peur de ne pas être réélu pousse Perdriau à appliquer purement et simplement notre programme. Nous nous en félicitons mais nous regrettons d'être laissés à l'écart dans la mise en application de ces idées. Si M. Perdriau tenait ses promesses, commerçants et artisans n'auraient pas été « tués » par sa politique favorable aux centres commerciaux depuis plusieurs décennies que ses amis et lui sont au pouvoir. Le consommer local est d'une logique implacable pour qui veut défendre son pays de la mondialisation. M. Perdriau appartient à un parti qui interdit le protectionnisme. Toute politique écologique sérieuse passe par la mise en avant de circuits courts pour favoriser le consommer local. Pour rendre cette production viable, il faut la protéger de la concurrence mondialisée, donc faussée : c'est le protectionnisme. Se prétendre écologiste et favorable au consommer local sans être protectionniste, qui plus est à quelques mois des élections, c'est être un tartuffe.

Groupe Saint-Étienne Bleu Marine
Rassemblement national